Du pugilat à la boxe

Nouveaux clients seulement | Contenu commercial | 18+

Épreuve vieille de plusieurs milliers d’années, le pugilat est l’un des ancêtres de la boxe moderne pratiquée aujourd’hui à travers le monde entier. Les premières traces de cette discipline se caractérisant par un usage des poings de façon exclusive remontent à la civilisation sumérienne. Bref, ce sport de combat apparu depuis le IIIe millénaire avant Jésus-Christ va subir des transformations profondes au cours du temps pour donner naissance à la boxe anglaise. Cet article vous fournit davantage d’informations sur l’histoire du pugilat et son évolution au fil des années.

 

Pugilat : l’histoire d’un sport de combat antique

 

La pratique du pugilat date de plusieurs millénaires à la lecture des divers écrits sur cette discipline. L’Iliade d’Homère fait mention de l’un des premiers combats de ce sport qui ont lieu durant le siège de Troie vers -1100. Il fait partie des épreuves dans la catégorie des arts martiaux au programme des Jeux olympiques antiques de 688 avant Jésus-Christ (dès la 23e olympiade). Tissandre de Naxos est le premier champion du pugilat à cette époque. Avec ses trois victoires, ce dernier détient le record dans cette discipline au cours de l’Antiquité. Le pugilat se distingue par un nombre plus important de techniques. Ses règles autorisent par exemple les pugilistes à porter des coups à l’adversaire en utilisant le revers de la main. Il est clair que cette absence de restriction offre une zone de coups plus élargie qu’en boxe anglaise. On peut aussi remarquer que les athlètes ne portent pas de gant et se battent avec les mains nues. Le pugilat est ainsi décrit comme un sport particulièrement violent. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles l’empereur Théodose Ier l’interdit en 392. Le pugilat poursuit tout de même sa transformation pour devenir plus tard la boxe actuelle.

picture

 

La boxe : l’aboutissement de l’évolution du pugilat à travers le temps

 

Après son interdiction par l’empereur Théodose Ier, le pugilat fait sa réapparition au XVIIe siècle en Angleterre. Ce retour est favorisé par la noblesse qui trouve dans le fait de parier sur des combats clandestins de cette discipline un moyen de se divertir. L’Américain John L. Sullivan a été le dernier vainqueur de ces combats à mains nues. L’affrontement qui a eu lieu en juillet 1889 se démarqua par sa durée de 2h16. Pour la naissance de la boxe moderne, il faut attendre le milieu du XIXe siècle. En instaurant de nouvelles règles, le marquis de Queensberry joue un rôle capital dans ce renouveau du pugilat. Les nouveautés apportées par la nouvelle réglementation sont multiples : limitation des rounds à 3 minutes, définition des différentes catégories de poids, interdiction des coups sur un adversaire déjà à terre ou encore port obligatoire des gants. Dans l’ensemble, les combats sont moins brutaux, plus rapides et plus techniques. Ce qui est tout le contraire des combats à l’époque du pugilat. Avec l’apparition de la boxe moderne, on sort de la clandestinité.